armes rayonsLa ratification interne a été faite en décembre dernier, il ne reste plus que les instruments de ratification soient portés auprès des nations unies pour la phase finale.
Au jour d’aujourd’hui, le Cameroun a déjà signé au niveau national le traité sur le commerce des armes (Tca). Selon le colonel, Jacques Didier LavenirMvom, expet sur la question, pour que cette ratification soit internationale, il faut que la ratification interne suive un certain processus. Et ce processus est ficelé sur le plan international entre le Cameroun à travers le ministère des relations

extérieurs et le secrétariat général de l’Onu. Et ce n’est que lorsque les instruments de ratification réunis par la partie camerounaise seront déposes auprès des dépositaires aux nations unies que l’on considèrera que le Cameroun a ratifié le traité sur le commerce des armes. Pour le moment le Cameroun est en voit de ratification parce que sur le plan national, le parlement a donné l’accord de ratification au chef de l’état qui l’a fait. Au jour d’aujourd’hui, il ne reste que le processus de déposer la ratification interne au niveau des nations unies afin qu’elle devienne internationale. D’ici le mois de juillet en principe les éléments seront déposés auprès des nations unies.


Il est à noter que dans la progression de la ratification de ce traité sur le commerce des armes, l’Etat camerounais a toujours montré la bonne volonté de faire correctement les choses. Le processus interne de ratification demande beaucoup de vérification et l’association de plusieurs ministères qui sont plus ou moins concernées par l’objet de ratification d’un traité.


La société civile est un acteur majeur dans l’accompagnement de la ratification du traité sur le commerce des armes. Elle joue le rôle de sensibilisateur et éclaireur pour permettre aux uns et autres de comprendre ce que c’est le traité sur le commerce des armes et l’importance de ratifier. Et tant que la ratification internationale n’est pas encore réaliser, la société civile continue la sensibilisation auprès des populations et des groupes cible. C’est pour cela que sur le terrain la société civile organise de nombreux ateliers, groupe de travaux et séminaires. Et le gouvernement soutient ces actions à travers le fond d’affectations volontaire qui normalement est réserve à ceux qui ont déjà ratifié le traité. Le sérieux et la volonté manifeste du Cameroun à ratifier le traité reconnue par la communauté internationale, a été la base qui a permis au Cameroun de faire acte de candidature pour bénéficier de ce fond d’affectation.Et c’est donc ce fond qui permet aux associations de la société civile comme le Camyosfop, La Cansa et bien d’autres de se mouvoir sur le terrain. Il faut relever que la demande ce fond d’affectation a été faite par le gouvernement camerounais qui à son tour la mise à la disposition de la société civile. Et la société civile est mobilisée ici par le ministère des relations extérieures du Cameroun.
Eliane Sara Nematchoua

ATT CANSA TAC   CAMYOSFOP RECIF

Thumbnail After depositing the ATT instrument of ratification at the United Nations Headquarters in New York on June 18, 2018, Cameroon has become the 96th State Party to the ATT in the world. This may...
Thumbnail   Sur quoi précisément a porté la 1ère conférence pour le contrôle des Armes légères et de petit calibre ?La conférence était la première conférence des Etats parties à la convention de Kinshasa sur les...
THE RIGHT TO OWN ARMS IN CAMEROON
vendredi 6 juillet 2018
Thumbnail   Many people around the world own and use arms but we must outline that there are rules and regulations governing an individual to own arms. It is also true that arms are sold just around the corner...
Thumbnail   Arme de petit calibre désigne, dans l'industrie de l'armement, les armes à feu tirant des munitions d'un calibre inférieur à 20 mm. Au-delà, on parlera d'arme de gros calibre. Le calibre d'une arme...
Thumbnail As the name indicates, the Cameroon Action Network on Small Arms (CANSA) has since its creation in 2004, been very instrumental in raising awareness and advocating for the putting in place of an...

banner contributions externes

A PROPOS DU RECIF

logo

Réseau des journalistEs Camerounais
pour les Institutions panaFricaines
(RECIF)
Yaoundé, Cameroun
+237 699 951 296
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.recif-cameroun.org

Connexion membres